Avignon (Palais des Papes et le pont Bénézet)

Ce timbre appartient à la série Sites et Monuments que le Commissariat Général au Tourisme envisage en 1937.

Elle fait suite à une première série éditée à partir de 1929, en se basant sur les multiples propositions des députés voulant mettre en avant leur circonscription - certaines maquettes seront utilisées pour des timbres postérieurs.

Celle-ci est émise le 20 juin 1938 à partir du dessin d'André Spitz représentant le plus grand édifice de style gothique international au monde : le Palais des Papes à Avignon. 

La vue du Palais  depuis la rive droite du Rhône permet de bien saisir le caractère impressionnant de l'édifice pontifical, qui frappe le visiteur en arrivant à Avignon.

Le rapprochement de la papauté en direction de cette cité s'explique par le fait que l'Italie et Rome sont le à l'époque le théâtre d'un affrontement entre deux factions rivales qui soutenaient à l'origine deux dynasties différentes pour le trône du Saint-Empire : les guelfes et les gibelins.

 L'archevêque de Bordeaux devient le Pape Clément V après avoir été élu en Juillet 1305 grâce au soutien de la couronne de France. En 1309, il choisit finalement Avignon,  pour sa position de géographique de verrou de la région, appuyée sur un pont très utile et une économie dynamisée par le commerce. Située à la frontière, cette nouvelle résidence pour le clergé permet au roi de France d'être plus proche, c'est à dire plus au courant et intrigant, du coeur religieux de l'Europe.


Le choix est arrêté lors qu’advient le successeur de Clément V, Jean XXII couronné le 5 septembre 1316. L'ancien évêque d'Avignon a 72 ans, dans une situation européenne tendue, ceci est considéré comme un gage qu'il n'engagera pas de réformes de fond. C'est l'inverse qui se passe : Jean XXII devient le premier pape d'Avignon. 

 

Le palais des Papes à Avignon

 

javascript:void(0);javascript:void(0);javascript:void(0);

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !